Les choses à ne pas rater en Algérie

Toute une histoire, une culture comme dans tous les pays. Cependant, l’Algérie se distingue par ses loisirs et activités. Un pays où des paysages à couper le souffle ne passent pas inaperçu, la cuisine traditionnelle très réputée au niveau international, ou encore le foot qui est un sport très apprécié par la grande majorité de la population, etc. Toutes ces bonnes choses ne manquent pas de refléter la beauté du Pays. C’est pourquoi si on est de passage en Algérie, il ne faut surtout pas manquer de faire l’un de ses activités incontournables.

Les loisirs et activités incontournables

Les treks et les randonnées

Il existe un large panel de circuit en Algérie, de quoi enthousiasmer les adaptes de treks ou les randonneurs pro ou amateurs. Pour une randonnée dans le désert par exemple, la commune de Timimoun jusqu’à au grand Erg regorge de dunes magnifiques, des oasis perdues ou encore des forteresses historiques laissées à l’abandon. Sur les bordures de ces reliefs, villages et châteaux ont été construit afin de servir de relais pour les caravanes. Avec des systèmes de tunnel susceptibles de capter l’eau, on peut voir des menthes ou l’orge pousser dans les palmeraies.

Moment de détente sous les vapeurs

Dans la commune de Guelma se trouve une station thermale avec une source chaude naturelle. Ce site se trouve dans le hammam Meskhoutine. La température de la vapeur pouvant avoisiner les 100 °C, il n’est impossible d’y faire cuire des œufs. Cette destination est très recommandée pour les personnes souhaitant faire une cure de santé ou tout simplement pour évacuer le stress. Sa légende et son histoire sont également très bien racontés par les locaux.

Road-trip inoubliable

On ne parle pas de Safari mais de road-trip à l’arrière d’un 4×4 dédié pour des circuits difficiles. En Algérie, les road-trip en 4×4 se font généralement dans le Sud, à travers les différents déserts du pays. Dans ce genre de véhicule tout terrain, les moments de découvertes peuvent être brefs mais les sensations fortes sont garanties. Un très bon compromis si on découvre l’Algérie que pour quelques jours seulement.

Bronzage sur la plage

En Algérie, il existe un endroit très recommandé pour faire du bronzage, il se trouve à Béni Saf. À Wilaya d’Aïn Témouchent, on peut notamment y repérer un littoral magnifique avec des plages propres et variées, et des eaux couleur turquoise. L’endroit parfait, idéal pour passer un moment romantique en tête à tête, animé par des maisons typiques sur les côtés.

Le foot

Il s’agit du sport le plus apprécié par les Algériens. Quelques parties se font régulièrement un peu partout en Algérie, que ce soit dans les quartiers, sur les plages, etc. Pour faire un peu de sport, pourquoi ne pas jouer avec les locaux pour un petit match amical improvisé ou organisé ? Une activité simple mais qui permet d’entrer contact avec la culture algérienne en interagissant avec les locaux.

Désert du Sahara : une destination de premier choix

Le désert du Sahara est le plus grand désert du monde, couvrant une superficie de 9 millions de kilomètres carrés. Bien qu’il s’agisse d’un désert, tantôt très aride et tantôt un peu humide, il y a plusieurs paysages, encore la faune ou la flore à visiter. Il y a quelques millions d’années, le Sahara était encore vert, mais dame Nature, par la suite en a décidé autrement, et les être vivants encore dans les parages se sont adaptés à cette condition de vie.

3 activités à faire dans le désert du Sahara

Road-trip en 4×4

Une excursion en 4×4 dans un désert peut sembler être un « gâchis », mais il n’en est rien. Il s’agit même d’une activité très prisée, surtout pour les adeptes de vitesse, ou tout simplement les amoureux de voiture. Il s’agit également du meilleur moyen pour visiter beaucoup d’endroits en une seule journée. Par la même occasion, visiter les oasis de Chebika, de Tamerza ou encore de Midès.
Cependant, même avec une allure plutôt lente, avec les fenêtres fermées, un chèche autour de la tête et avec une lunette de soleil, il n’est pas impossible de prendre du sable plein le visage. Une expérience sûrement désagréable mais qui en vaut tout de même la peine.

Randonnée et Trek

La Tunisie détient une petite parcelle du désert du Sahara, avec un paysage rempli de dunes à couper le souffle, des plaines ou encore des collines, les palmiers dattiers et les roses des sables sont particulièrement abondants. Une randonnée dans cette partie du Sahara est le bonheur assuré pour les fans de randonnée pédestre.
Dans le sud Tunisien, c’est le voyage organisé qui est le plus recommandé. Une façon qui permet de visiter plusieurs sites en quelques jours seulement.
Dans le désert Tunisien, il existe également plusieurs campements destinés pour les voyageurs souhaitant découvrir le Sahara sur plusieurs jours.

Se balader avec les nomades

Les nomades font très souvent escale dans le Sahara Algérien ou Tunisien. On peut notamment citer les Touaregs, aussi appelés les hommes bleus. Accompagnés d’un guide, on peut traverser le désert du Sahara avec les Touaregs avec des dromadaires. Une expérience totalement hors du commun et qui en vaut vraiment la peine. Non seulement on découvre quelques parties du Sahara en choisissant ce type de voyage, mais on découvre également le mode de vie de ces nomades qui n’ont pas arrêtés de scruter presque toute l’étendu du désert du Sahara. Il peut également s’agir d’une sorte d’épreuve de survie pour les adeptes. Une façon de recueillir de l’expérience à travers le savoir-faire et le savoir vivre des nomades.

Découvrir le secret du désert du Sahara 

Comparé à l’Amazonie, qui joue un rôle crucial au niveau de la couche d’ozone, le désert du Sahara, même s’il se trouve être le plus vaste désert du monde, joue un rôle spécifique sur l’équilibre de la vie, aussi bien chez la vie humaine que chez la vie sauvage. Il y a huit millions d’années, le désert du Sahara était rempli de lacs qui ont maintenant disparus. Il y existe trois types de déserts : le sable, la pierre, l’argile et le gravier.

Rôle du désert du Sahara

La faune et la flore

Bien qu’il s’agisse d’un grand désert, le Sahara est un milieu où faune et flore prospèrent. Pour la flore, Il existe environ 500 espèces de plantes au milieu du désert du Sahara, ce qui est extrêmement faible par rapport à la superficie du Sahara en général. Cependant, presque toutes les plantes de ce grand désert se sont adaptées aux conditions du désert. Pour la faune saharienne, elle est assez variée, et assez nombreux. On peut notamment citer les animaux domestiqués par la plupart des maghrébins comme la chèvre, le dromadaire. Il existe également d’autres animaux plus sauvages comme les reptiles, le varan du désert, la gazelle, le fennec, les scorpions, différentes espèces d’oiseaux, etc.  Toutefois, à cause des activités humaines comme la chasse, la faune et la flore saharienne est très menacée, d’où les projets de développement organisés dans le désert de la Tunisie et dans le désert de l’Algérie, qui d’ailleurs possède une petite partie du désert du Sahara.

Bien qu’il s’agisse d’une théorie « non-officielle », le désert du Sahara sera et restera le « Yang » de l’Amazonie, une harmonie parfaite conçue par dame Nature, et qui assure l’équilibre de la vie sur terre. Étant un vaste désert, il existe quand même quelques civilisations qui y vivent. On peut particulièrement citer les Touaregs, qui sont un peuple de nomades, et qui passent la moitié de leur temps dans ce désert. Il y a également les Maures, les Saharahouis, et les Toubous :  un peuple issu de plusieurs pays comme la Lybie, le Soudan, l’Égypte, le Niger, et le Tchad.
D’après les estimations dans les années 1990, il y a plus de 5 millions de personnes qui habitent dans le désert du Sahara maghrébin.

Désert du Sahara : un musée vivant

Il y a 4900 ans, le désert du Sahara était encore très vert et humide, avec une très très grande variété d’espèces animales et végétales. Après 3ᵉ siècle, il devient un désert. Les peintures rupestres sont là pour prouver que le Sahara abritait avant des animaux comme les hippopotames, les girafes, et d’autres mammifères « classées mastodontes ». D’après le Massachusetts Institute of Technology, ce changement brusque est due à cause du climat qui s’est modifié. Pour le prouver, le MIT a analysé la poussière du sol dans la région qui est transportée par le vent et qui se trouve au fond des sédiments de l’océan Atlantique dans le côté nord-ouest de l’Afrique.
Également, on peut trouver de nombreuses traces d’activité humaine préhistorique grâce à des éléments trouvés comme des outils, les peintures rupestres et les poteries.

Covid-19 en Afrique : les prévisions et mesures du FMI

Selon les prévisions économiques « non encourageantes » du Fonds monétaire international et de la Banque Mondiale, l’Afrique ne pourra pas échapper aux récessions ainsi qu’aux crises. La Banque mondiale prévoit que la baisse en 2020 pourrait se situer entre -2,1 % et -5,1 %, la première récession prévue ces 25 dernières années. D’autre part, le FMI affirme que l’Afrique connaîtra une récession et crise sanitaire dévastatrice qui diminuera de 1,6 % cette année.

Inégalité du PIB Africain

Il existe une dizaine de pays d’Afrique possédant une « économie dynamique » ou plus ou moins, d’où l’inégalité principale du PIB de l’Afrique en général.
L’Afrique, étant le premier continent exportateur de matières premières avec des prix en baisse (comme les minéraux, le cacao, le café ou le pétrole) verra son économie se ralentir considérablement, voire chuter. On peut d’ailleurs citer des pays pétroliers comme l’Algérie où les ressources pétrolières sont un moteur pour l’économie, ou encore les Seychelles qui est un pays très dépendant du secteur du tourisme. En clair, le prix du pétrole brut à la Bourse de New York a chuté et a clôturé à 37,6 $ le 20 avril dernier.

Choc sanitaire et mesure de prévention

Il est vrai que ce choc a eu comme conséquence des répercussions sévères sur l’économie internationale. Faute de moyen financier, l’Afrique peine à lutter contre la pandémie du Covid-19. Face à cette crise économique et sanitaire, il devient plus qu’indispensable de réagir le plus vite possible en prenant des mesures d’urgence afin de limiter les pertes humaines et économiques. Après avoir mis en œuvre des mesures de relance budgétaire, l’institution recommande des plans de relance monétaire, obligeant la banque centrale à baisser les taux d’intérêt et à injecter des liquidités pour permettre aux banques et aux institutions financières de recourir aux PME.

Pour ce qui est du FMI, il affirme vouloir prêter une aide d’urgence de 100 milliards de dollars. En effet, les pays Africains ont besoin de financement sous forme de prêts concessionnels ou de subventions. Toujours selon le FMI, la priorité est de rendre toutes les mesures pour augmenter les dépenses de santé publique afin de maîtriser l’épidémie. Un soutien budgétaire temporaire également nécessaire pour le secteur informel, les personnes et les entreprises les plus touchées.

À titre d’exemple, l’Afrique Subsaharienne n’a pas les possibilités nécessaires pour lutter contre la crise, et un déclin économique. C’est pour cette raison le rapport a accepté les demandes urgentes du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, qui ont appelé la communauté internationale à fournir une assistance à grande échelle aux pays dans le besoin, voire annuler ou reporter certains dus afin de donner plus d’espace aux budgets.

Covid-19 : situation à risque dans les pays du Maghreb ?

Après l’impact de l’expansion du coronavirus, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie doivent absolument se confronter à des conséquences sociales et économiques destructrices. Aucun département d’activité n’a été épargné dans cette tempête anticipée. Les pays du Maghreb étant déjà fragilisés, le bilan économique n’a fait qu’être pire post Covid-19. Cependant, à en juger par l’émergence du virus et l’alerte de l’Organisation mondiale de la santé, les pays du Maghreb ont réagi assez rapidement et ont pris des mesures strictes afin de maîtriser la pandémie, d’où le confinement assez tôt, l’assistance aux entreprises et aux personnes les plus vulnérables.

Bilan économique au Maroc

Le Maroc a pris d’importantes mesures économiques dans cette situation d’urgence, notamment un fonds spécial Covid-19, qui s’élève à 3 milliards d’euros, financés par le Maroc, des cassettes royales, des dons publics et privés. Le fonds a pour objectif d’aider les personnes fragilisées par la crise, notamment le secteur informel, qui emploie près de 80 % des travailleurs marocains. Les factures de services publics ont été suspendues et le crédit à la consommation a été remis à une autre date. La distribution de vivres dans les régions les plus pauvres du pays a également commencé.
Compte tenu de la gravité de la crise, le Maroc a dû se décider à faire appel aux institutions financières internationales. Rabat a même dû demander au Fonds monétaire international de fournir 3 milliards de dollars en prévention et liquidité.

Étant le deuxième producteur automobile en Afrique, Renault a suspendu ses activités au Maroc en 2019 alors que l’industrie automobile représente 5 % du PIB marocain. Il a cependant repris début avril de la même année.
Étant également touché par une sécheresse violente, le secteur agroalimentaire du pays est très affecté, sans même parler du secteur du tourisme qui se retrouver aussi bloqué à cause du Covid-19.

Bilan économique en Algérie

Pré-Covid-19, l’économie Algérienne est menacée par l’effondrement du pétrole. En effet, comme d’autres pays exportateurs de pétrole, l’Algérie a également été frappée par la baisse des prix du baril, qui ont chuté de 60 % depuis janvier. Cependant, les hydrocarbures restent le moteur de l’économie de l’Algérie.
En réponse à cette crise, les autorités ont considérablement réduit leurs budgets, notamment en réduisant de 50 % le budget de fonctionnement du pays, et les importations ont fortement chuté d’environ 10 milliards de dollars.
En raison des faits qui se sont déroulés dans les années 1980, ou l’Algérie était en quasi-cessation de paiement les autorités algériennes ont rejeté toute dette pouvant porter atteinte à sa souveraineté nationale.
En conséquence, l’Algérie a peu de marge de manœuvre financière pour échapper à la crise. Avec la réduction des réserves de change, Alger se prépare à la détérioration du déficit budgétaire pouvant aller de 15 à 20 %, de sorte que le dinar (monnaie Algérienne) se déprécie fortement, rétablissant ainsi l’inflation. D’après les prévisions du Fonds monétaire international en 2020, la récession de l’Algérie devrait être -5,2 %.

Bilan économique en Tunisie

Ayant une économie assez modeste, la Tunisie demande assistance auprès des bailleurs de fonds internationaux. En réponse à cet appel au secours, le FMI a approuvé un prêt d’urgence de 745 millions de dollars américains à la Tunisie. Après avoir essuyée la pire récession de son histoire depuis l’indépendance de 1956, la Tunisie pourrait la connaître à nouveau. Il est prévu que son économie se contracte de 4,3 % en 2020. Or, l’UE a également fait un don à la Tunisie en envoyant une enveloppe de 250 millions d’euros afin de lutter contre la crise.

Les populations Tunisiennes ayant besoin d’assistance, le gouvernement donne à chaque habitant une somme de 80 euros, soit 200 dinars.
Compte tenu de cette situation économique, la Tunisie se retrouve face à un dilemme, relancer son économie à partir des ressources financières très limitées ? Ou établir une thérapie de déflation auprès de la population ?

Tout savoir sur les maisons traditionnelles en Algérie

L’architecture des maisons algériennes est très diversifiée et représente très bien les caractères du pays. Étant un point très stratégique entre les pays européens et d’autres pays africains, il a vu de nombreuses influences culturelles et architecturales différentes. En prenant en compte cette position très importante, on peut comprendre les réactions des autres pays comme la France pour conquérir le territoire. En effet, à part les Français, les Algériens ont été envahis par les Phéniciens, les Romains, les Byzantins, les Arabes et les Turcs, chacun ayant un impact unique sur le pays et sa patrie.

Maison traditionnelle constantinoise

Elle est une maison avec extérieur très simple. Ce type de maison traditionnelle est éclairée par une ouverture sur un patio appelé ouast eddar. L’ouverture réalise également la fonction de l’aérateur et de la cheminée contre les gaz nocifs. Elles se composent souvent par un rez-de-chaussée recouvert par la terrasse appelé Stah. Le skifa est faiblement éclairé, c’est un peu comme le hall d’entrée, il est conduit sur Ouast Eddar qui est un couloir central entouré d’un couloir circulaire appelé s’hin. Les plus longues pièces sont regroupées autour d’Ouast Eddar. Ces pièces sont appelées Byout. La grande pièce après l’entrée se nomme Majliss ou encore bite edhiaf. La plus grande pièce à est quant à elle nommée Sraya et conduit sur la coursive menant vers la terrasse.
Habituellement, le revêtement de sol est effectué avec du Zellidj.

Maison de la Casbah

Les vieilles maisons de la Casbah ont été construit à l’origine sur l’ancien site d’Icosium et après plusieurs siècles de rénovation, il conserve encore de nombreuses structures anciennes. L’UNESCO a reconnu en 1992 ces maisons de la Casbah comme étant des sites historiques, et qui restent à ce jour encore habitées. C’est l’une des attractions les plus populaires et impressionnantes d’Alger, un monument de la ville et un monument de son passé.

De nombreux touristes sont toujours fascinés par la Casbah et ses rues étroites. D’ailleurs, l’industrie du cinéma a également été séduit par l’authenticité du site, ce qui a causé une ruée vers le tournage dans les labyrinthes de la Casbah. La tradition et la culture sont une partie importante de la vie de la Casbah, et créent même une atmosphère que les touristes ne peuvent trouver autre part qu’en Algérie. Une attraction fascinante qui allie tradition et histoire à la vie quotidienne permettant aux visiteurs du monde entier de remonter le temps et de découvrir le passé historique d’Alger.
Cependant, cette cité est faite notamment d’argile, de bois et de pierre et n’a pas de fondation solide, elle ne peut donc pas tenir pendant longtemps. Conscient du potentiel de la Casbah, l’État a lancé un plan de sauvegarde afin de restaurer le site, avec un budget de 900 millions de dollars.

La situation économique de l’Algérie est-elle menacée ?

Dans un contexte d’excédent record de la balance des paiements et des finances publiques, le développement économique de l’Algérie en 2006 a de nouveau montré des faiblesses économiques connues et leur croissance. Dans une industrie qui ne fonctionne pas, la croissance dépend en grande partie de la demande publique, une industrie des hydrocarbures accroît considérablement sa position dans l’économie et l’agriculture est affectée par le changement climatique.

L’économie algérienne en général

Bien que l’économie algérienne soit en plein essor, elle ne se porte pas bien pour autant. Pour preuve, le taux de croissance économique est constant (2,8 %).
Cette diminution s’applique tant aux prévisions de 2005 qu’aux prévisions du gouvernement. Et même si la mauvaise performance de 2006 était largement due à la baisse de la production dans l’industrie des hydrocarbures, le processus d’investissement public semble avoir de moins en moins d’impact sur la croissance économique.

En cas de réduction sensible de la croissance du crédit à l’économie, l’excédent d’épargne nationale sous forme de réserves de change et l’excès de liquidité des banques ont clairement mis en évidence le problème de l’utilisation de l’emploi des ressources financières actuelles.

Par rapport à 2005, le crédit économique a diminué de -5,5 % en 2006, soit 1,778 milliards de DA en 2005 en 2005 et 1,68 milliards de DA en 2005 en 2006. L’économie algérienne aurait un taux d’épargne de 56,3 % et un taux d’investissement de seulement 31 %.
L’économie algérienne présente des défauts structurels importants. Par rapport à 2005, 2006 a été caractérisée par un ralentissement de l’activité économique. Cela a entraîné une augmentation substantielle des fermetures d’entreprises.

Crise économique mondiale

La crise sanitaire actuelle, due au Covid-19 a premièrement touché la chine, puis en début d’année 2020, presque tous les pays du monde entier. Le gouvernement Algérie a bien évidemment fait le nécessaire afin d’établir un équilibre sur tous les plans, notamment sur le plan économique et sociale et sanitaire.

En prenant en compte l’effondrement des cours du pétrole, la situation économique de tous les pays pétroliers se voit diminué. Cette crise a provoqué des impacts désastreux sur l’économie nationale Algérienne. Les faits ont prouvé que l’épidémie du coronavirus a gravement endommagé l’économie algérienne, dont l’étendue est considérée comme un défaut du système de santé, et le pays est confronté à des troubles politiques.

Face à cette situation économique, le gouvernement algérien n’a d’autre choix que de prendre des mesures pour faire face à la crise sanitaire. Effectivement, face à une crise financière qui a gravement menacé le pays, et qui continue toujours, le gouvernement algérien a décidé de réduire de 50 % le budget de fonctionnement du pays et des institutions.

Perspectives économiques Algériennes à connaître

En raison d’un léger rebond des prix des hydrocarbures, la croissance du PIB réel en 2019 est estimée à 2,3 %, contre 1,4 % en 2018. Dans le PIB, les hydrocarbures, on aperçoit une différence de 34,2 % en 2012 à 19,7 % en 2017, 44,3 % en 2005. Le secteur de l’agriculture et des services a également augmenté. La croissance économique relativement modérée est principalement due à la baisse de la valeur ajoutée de l’industrie des hydrocarbures, tandis que la croissance de l’industrie non pétrolière est encore modérée. La baisse de la consommation privée et le gel des investissements publics ont également freiné la croissance.

Performances et perspectives macroéconomiques

Le taux d’inflation était de 4,3 % en 2018, toujours sous contrôle et devrait être ramené à 2,0 %. Le dinar algérien a légèrement baissé ces dernières années. Le taux de change moyen est passé de 77,6 dinars à 1 dollar américain en 2012 à 120 dinars en 2019. Le marché des changes parallèle offre une prime d’environ 60 %. Le pétrole utilisé pour couvrir le déficit budgétaire a été épuisé en 2017. Depuis lors, la banque centrale a adopté des méthodes de financement non conventionnelles.

Depuis 1990, en raison des transferts directs, des subventions généralisées et des mesures de promotion de l’inclusion sociale, le taux de pauvreté s’est réduit, représentant exactement 12,3 % du PIB. Les données de 2011 montrent que le taux de pauvreté est de 5,5 % et le taux d’extrême pauvreté n’est que de 0,5 %. Le taux de chômage en 2019 devrait être de 12,6 %, ce qui devrait être ramené à 13,7 % en 2020.

Les positifs et les négatifs

En 2021, la croissance économique de l’Algérie devrait être stable. En effet, les autorités ont un plan ambitieux de réformes structurelles pour que les réglementations des entreprises, l’amélioration de la gouvernance et la transparence, la réforme du système de retraite et de moderniser le secteur financier soient rationalisés.

Le plan se fonde sur des mesures déjà prises pour améliorer l’environnement des entreprises, notamment l’ouverture du transport maritime et aérien au secteur privé. L’Algérie n’ayant pas beaucoup de dettes extérieures favorise le fait ce pays résister à un choc économique et de mettre en œuvre son plan de réforme sans sacrifier les programmes sociaux.

D’après les études du FMI, l’Algérie a besoin d’un prix du pétrole de 90 $ US le baril afin d’équilibrer son budget, en prenant compte la hausse du prix du pétrole depuis 2017 à environ 70 $ US. Néanmoins, l’Algérie continuera à dépendre des prix du pétrole et du gaz et à y être très sensible, représentant environ 90 % des recettes d’exportation en 2017.

Algérie : un pays à connaître et à visiter

L’Algérie est un pays d’Afrique du Nord. Elle est frontalière avec la Tunisie au nord-est, la Libye à l’est, le Niger au sud-est, le Mali et la Mauritanie au sud-ouest, le Maroc au nord-est et la Méditerranée au nord. Sa capitale est Alger, mais il existe d’autres grandes villes comme Constantine, Oran ou Sétif. Il a une superficie de 2,38 millions de kilomètres carrés et une population de 43 millions d’habitants en 2019.

Un pays riche en culture

Culture algéroise

La langue officielle en Algérie est l’arabe, mais elle varie selon la région. L’arabe s’écrit de droite à gauche. La monnaie utilisée est le dinar. Les animaux spécifiques sont les chameaux, les dromadaires ainsi que les aigles. Ces maisons, également appelées villas, sont les mêmes qu’en France, sauf que le toit est une terrasse. La scolarité est axée sur la religion tirée du Coran.
On peut voir des églises à part les mosquées en Algérie. Du haut des minarets, des hauts parleurs sont installés afin de bien faire entendre l’appel à la prière.
Le costume traditionnel est toujours la djellaba, qui est une longue robe à capuche. Il y a aussi les pantoufles babouches et la chéchia, un chapeau très porté par les hommes.
L’Aïd est comme Noël en Algérie. Pendant les fêtes comme l’Aïd el Hadda, les Algériens font des barbecues, qu’on appelle méchoui qui est à base de mouton.

La nourriture

Les spécialités culinaires algériennes sont nombreuses, mais le tajine et le couscous restent les plus connus, mais il y a également la chorba, les bourek, ou les cornes de gazelles et des baklavas qui sont des desserts. En ce qui concerne les boissons, les Algériens consomment très régulièrement le thé, notamment le thé à la menthe, des boissons gazeuses, mais ils ne consomment pas d’alcool.

Économie algérienne

Le sol algérien est très riche en fer, en pétrole et surtout en gaz naturel, qui représentent d’ailleurs la majorité des revenus d’exportation. En début d’année 2020 à cause de la pandémie, face à une chute des prix du pétrole, l’Algérie a décidé de diminuer ses dépenses publiques et de réexaminer ses politiques économiques. Plusieurs autres pays exportateurs sont également touchés par cette crise.

Géographie

Le désert du Sahara occupe près de 80 % du territoire algérien. L’Algérie fait partie des pays possédant la plus grande nappe phréatique du monde, couvrant une superficie de 900 000 kilomètres carrés, avec un barrage vert à la porte du désert d’une longueur 15 000 kilomètres et d’une largeur de 20 kilomètres planté à la porte du désert du Sahara afin de ralentir le l’expansion du désert.

Climat

Bien que l’Algérie se trouve dans le continent Africain, un continent où il y a toujours de la chaleur dans toutes les saisons, on peut quand même y trouver de la neige mais uniquement dans les montagnes. Les touristes sont généralement vêtus de tee-shirt et de short, des chapeaux.