Parc national de Belezma

Sommaire

La biodiversité remarquable du parc national de Belezma

Au coeur de l’Algérie, enveloppé par le silence solennel de la nature, se déploie le Parc national de Belezma, sanctuaire d’une biodiversité aussi riche qu’éblouissante. Cette perle écologique étend sa beauté sur des kilomètres, offrant un refuge précieux pour une faune et une flore héritières d’âges immémoriaux. À l’aire de repos Hamla, la sérénité et le chant des oiseaux accueillent les amoureux de la nature en quête de paix et de connexions profondes avec la Terre.
Dans cet écrin de verdure, la diversité des espèces se pare de ses plus beaux atours, et les forêts denses sont le théâtre d’une vie sauvage préservée. C’est ici que le pin d’Alep (Pinus halepensis), emblème de la résistance et de la majesté, se dresse fier au milieu de cèdres et de chênes zeen (Quercus canariensis), créant ainsi un écosystème riche et varié. Les contrastes floraux peignent une toile où chaque touche de couleur et chaque texture s’harmonisent en un tableau vivant.
Le sanctuaire des espèces endémiques et rares
Dans cet havre de paix, l’observation minutieuse dévoile des trésors biologiques, à l’instar de plantes endémiques et rares, survivantes d’époques révolues et gardiennes de la mémoire écologique de la région. Ces espèces, susceptibles de susciter la fascination des botanistes et des amateurs de flore, constituent les joyaux de la couronne botanique de Belezma. Elles sont la preuve vivante d’une adaptabilité et d’une résilience hors norme, évoluant au gré des saisons sous le regard bienveillant du soleil méditerranéen.
L’amphithéâtre animalier
Le parc abrite également un amphithéâtre animalier où chaque créature trouve sa place et son rôle dans la grande symphonie naturelle. On y observe avec émerveillement le ballet des oiseaux de proie dans le ciel, la grâce des gazelles de Cuvier (Gazella cuvieri), espèce propre à l’Afrique du Nord et emblème de la faune sauvage algérienne. Tandis que dans l’ombre, le mystérieux chat serval (Leptailurus serval) et la genette commune (Genetta genetta) partagent le territoire avec le lièvre du Cap (Lepus capensis), éclair fugace dans le sous-bois. Ils forment ensemble une mosaïque vivante, témoignant de la complexité et de l’ingéniosité des dynamiques naturelles.
Le murmure des cours d’eau
Les cours d’eau du parc, sources de vie et trame bleue croisant le vert intense de la flore, murmurent des secrets bien gardés. Les insectes et amphibiens qui peuplent ces lieux aquatiques jouent un rôle crucial dans la préservation de l’équilibre écologique. Et c’est au rythme de la pérégrination de ces êtres minuscules que l’eau de Belezma chante l’ode à la vie.
L’aire de repos Hamla
Emplacement stratégique pour l’observateur passionné, l’aire de repos Hamla, constitue le point névralgique où converge la beauté sauvage du Parc national de Belezma. Là, se rencontrent les randonneurs, les biologistes et les rêveurs, tous animés par le désir de s’immerger dans un cadre authentique et de célébrer la multitude de vies qui s’épanouissent dans cette enclave naturelle.
Chaque visiteur de Belezma repart enrichi, porteur d’images inoubliables et de la certitude que la nature, avec ses cycles et ses rythmes immuables, offre un enseignement précieux : celui du respect de la biodiversité et de l’urgence de préserver ces joyaux pour les générations futures.

Picture of Ahmed Saadani
Ahmed Saadani
Guide depuis plusieurs années à Alger, je partage mes anecdotes et aventures pour vous faire visiter mon beau pays : l'Algérie.