Ultimate magazine theme for WordPress.

Covid-19 en Afrique : les prévisions et mesures du FMI

0 4

Selon les prévisions économiques « non encourageantes » du Fonds monétaire international et de la Banque Mondiale, l’Afrique ne pourra pas échapper aux récessions ainsi qu’aux crises. La Banque mondiale prévoit que la baisse en 2020 pourrait se situer entre -2,1 % et -5,1 %, la première récession prévue ces 25 dernières années. D’autre part, le FMI affirme que l’Afrique connaîtra une récession et crise sanitaire dévastatrice qui diminuera de 1,6 % cette année.

Inégalité du PIB Africain

Il existe une dizaine de pays d’Afrique possédant une « économie dynamique » ou plus ou moins, d’où l’inégalité principale du PIB de l’Afrique en général.
L’Afrique, étant le premier continent exportateur de matières premières avec des prix en baisse (comme les minéraux, le cacao, le café ou le pétrole) verra son économie se ralentir considérablement, voire chuter. On peut d’ailleurs citer des pays pétroliers comme l’Algérie où les ressources pétrolières sont un moteur pour l’économie, ou encore les Seychelles qui est un pays très dépendant du secteur du tourisme. En clair, le prix du pétrole brut à la Bourse de New York a chuté et a clôturé à 37,6 $ le 20 avril dernier.

Choc sanitaire et mesure de prévention

Il est vrai que ce choc a eu comme conséquence des répercussions sévères sur l’économie internationale. Faute de moyen financier, l’Afrique peine à lutter contre la pandémie du Covid-19. Face à cette crise économique et sanitaire, il devient plus qu’indispensable de réagir le plus vite possible en prenant des mesures d’urgence afin de limiter les pertes humaines et économiques. Après avoir mis en œuvre des mesures de relance budgétaire, l’institution recommande des plans de relance monétaire, obligeant la banque centrale à baisser les taux d’intérêt et à injecter des liquidités pour permettre aux banques et aux institutions financières de recourir aux PME.

Pour ce qui est du FMI, il affirme vouloir prêter une aide d’urgence de 100 milliards de dollars. En effet, les pays Africains ont besoin de financement sous forme de prêts concessionnels ou de subventions. Toujours selon le FMI, la priorité est de rendre toutes les mesures pour augmenter les dépenses de santé publique afin de maîtriser l’épidémie. Un soutien budgétaire temporaire également nécessaire pour le secteur informel, les personnes et les entreprises les plus touchées.

À titre d’exemple, l’Afrique Subsaharienne n’a pas les possibilités nécessaires pour lutter contre la crise, et un déclin économique. C’est pour cette raison le rapport a accepté les demandes urgentes du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, qui ont appelé la communauté internationale à fournir une assistance à grande échelle aux pays dans le besoin, voire annuler ou reporter certains dus afin de donner plus d’espace aux budgets.

Leave A Reply

Your email address will not be published.